Le monde a changé

Vérone Mankou
Vérone Mankou

Dans Analyse Posté le

Du temps de Carnegie, JP Morgan et Rockefeller, le monde (économique) était sous la coupe des majors qu’on retrouvait dans chaque domaine… et ce, de façon chronique. Aujourd’hui, il est devenu difficile de dire la même chose. Les temps ont bien changé !

En effet, quand on voit ce qu’était l’économie (ou, disons, ce qu’on a pu lire) il y a quelques années, on s’aperçoit vite que nous, les millenials, sommes venus au moment où le monde connaît de mutations sempiternelles …

Ce que je dis n’est pas sans fondement. Je vais justifier mon propos en m’appuyant sur trois (3) liens qui mènent vers des articles qui ont attiré mon attention cette semaine et qui m’ont conduit à rédiger cet article à travers lequel je vous partage le fruit de ma réflexion.

Le premier article :  voir ici

 

Tesla a vu sa valorisation dépasser celle de Ford Motors. Elle pesait 47 milliards de dollars lundi et est passée à 49 le lendemain pendant que la valorisation de Ford a stagné à 45 milliards USD. Ce bond en avant de l’entreprise du brillantissime Elon Musk place Tesla juste derrière le leader General Motors pour un « léger » écart de 2 milliards USD et tout porte à croire que Tesla va devenir la première capitalisation boursière du secteur automobile…  : c’est une performance incroyable !

Cela donne même l’impression d’assister à un remake du combat de David contre Goliath puisque si on essaie de comparer Ford et Tesla, on réalise tout de suite de l’inégalité de force entre deux rivales. Explications.

Cent ans séparent la création des deux (2) entreprises. 2003 pour la seconde, 1903 pour la première. Ford a près de 200.000 employés quand Tesla tourne autour de 13.000 (comme pour dire que dans le numérique c’est pas la taille qui compte). Le chiffre d’affaires de Goliath a dépassé les 130 milliards de dollars par an alors que celui de David tourne autour de 4 milliards de dollars par an avec un résultat net en dessous de zéro tandis que Ford a un résultat net supérieur au chiffre d’affaires de Tesla qui, d’ailleurs, n’a produit que 25.000 voitures au cours des trois derniers mois à la différence de Ford qui en a produit « que » 236.000 … au mois de mars.

Et malgré tous ces écarts, les investisseurs sont plus intéressés par ce que David fait pour la simple raison que ce dernier est tourné vers l’avenir ; un avenir qui se promet d’être radieux avec les technologies numériques comme centre névralgique (même si on se dirige droit vers un scénario à la Skynet).

Ford représente ce dont on veut se détourner (comme les énergies fossiles) même si cela rapporte gros. Cette situation est assimilable à celle de la fin des années 70, quand IBM dominait le monde du numérique et que de nouveaux venus apportaient un vent de fraîcheur. Beaucoup n’avaient pas cru en ces derniers alors que ce sont eux qui, aujourd’hui, changent le monde.

Vu que l’histoire semble se répéter, personne ne veut rater l’opportunité que représente Tesla et la prééminence de celle-ci ne devrait plus tarder ! Maintenant que j’y pense… je m’achèterais bien une Tesla histoire d’éviter les files d’attentes dans les stations-service.

Alors, vous ne me croyez toujours pas quand je vous dis que ce siècle sera « binaire » ?

 

Le deuxième article c’est celui-ci

 

Toujours dans la série David contre Goliath, voici une information qui devrait faire réagir plus d’un : il y a désormais plus de terminaux Android que Windows dans le monde.  Une fois de plus, c’est la preuve que les monopoles établis peuvent être renversés par des idées disruptives. Explications.

Quand Google s’était lancée, Microsoft était le leader du monde numérique, écrasant la concurrence comme on tue une mouche avec une tapette. Dix ans plus tard, Google était arrivée au top de son secteur historique (la recherche web) et explorait d’autres domaines pour continuer à croître. C’est ainsi qu’elle lançait, en 2007, Android, son système d’exploitation pour mobile. Pendant ce temps, Windows occupait tous les fronts (PC et mobile) et était en guerre avec les systèmes d’exploitation de Apple (Mac OS et iOS).

L’iPhone et le BlackBerry étaient partout quand les parts de Microsoft étaient menacés contrairement à Google qui n’était même pas dans le radar de Microsoft car il faut avouer qu’à l’époque Android était moche, je dirais même très moche. Mais au fil des ans, la firme de Mountain View a noué des alliances gagnantes et a bâti des stratégies payantes.

Près de 10 ans plus tard, Android et Google ont réussi l’exploit. Sur mobile, Microsoft est presque effacé pendant que Google est le roi incontesté. Morale de l’histoire : dans ce monde, tout va vite, tellement vite qu’il suffit de dormir un tout petit peu sur son poste de garde pour être surpris de constater, au réveil, que l’ennemi a percé les remparts, faisant écrouler toute la défense au passage. C’est exactement ce qui est arrivé à Nokia qui tenait pourtant le premier smartphone en main … et qui a fini par le laisser mourir dans les labos pensant que les humains n’étaient pas prêts à laisser le clavier physique. Pourtant, ce même clavier est partiellement responsable de la chute et la disparition de BlackBerry.  C’est pour dire que dans ce secteur, le manque réactivité tue plus que le manque de financement … et ce n’est pas prêt de changer.

Ce manque de réactivité a aussi causé la perte de Yahoo.

 

Il s’agit là de mon troisième lien

 

En effet, Yahoo aurait pu être comme Google… ou mieux. Je le dis pour une raison bien simple : Yahoo a imaginé beaucoup de projets et a lancé plein d’initiatives ; la boîte savait anticiper. N’ayant pas su exploiter ses idées, Yahoo a fini par être rachetée à seulement 4 milliards de dollars pendant que Google pète la forme en bourse (près de 600 milliards de dollars).

Cette fin malheureuse a de quoi attrister quand on sait que Yahoo avait vraiment tout : un moteur de recherche, un portail, un service de messagerie (très populaire à l’époque), un service de streaming vidéo (des années avant que YouTube ne voie le jour). Elle avait aussi son Whatsapp (le fameux Yahoo Messenger), son Instagram (Flickr), son Netflix, son Amazon… en gros : l’équivalent de tout ce que vous voyez comme service au top ces temps-ci.

Hélas ! Même les meilleurs tombent au champ de bataille… aussi grands qu’ils puissent être. Yahoo qui fut à une certaine époque un vrai géant (comme Google ou Amazon présentement) est aujourd’hui rentré dans les rangs des tech-entreprises qui vont finir dans les oubliettes … idem pour un autre géant et puissant de l’époque : AOL.

Ironie du sort, ces deux entités (AOL et Yahoo) ne font plus qu’un et sont actuellement réunies dans une nouvelle marque au nom barbare baptisée Oath. J’en ai assez de cette triste histoire qui aurait pu connaître une fin bien meilleure (à défaut de survivre jusqu’à ce jour). Conclusion.

Il y a 10 ans, si quelqu’un m’avait dit que Tesla battrait Ford, je l’aurais sans doute traité de fou ! Il y a 10 ans, si on m’avait dit que Android finirait par battre Windows CE, je n’y aurais pas cru un seul instant. Et pire : si, il y a 10 ans, on m’avait dit que Yahoo serait vendue moins chère qu’une boîte qu’elle avait elle-même racheté par le passé, j’aurais trouvé ça aberrant. Mais après cela je me serais sans doute souvenu que :

« seuls ceux qui sont assez fous pour penser qu’ils peuvent changer le monde y parviennent »

Si j’avais des conseils à vous donner par rapport à ce que j’ai dit plus haut et au vu de mon expérience, je vous recommanderais d’être « fou », d’être réactif et de ne jamais considérer quelque chose (position, réussite,…) comme acquise. A bon entendeur …