Prédiction 2018 : La TNT publique sera lancée … et on va manquer de contenus

Vérone Mankou
Vérone Mankou

Dans Général Posté le

Au Congo, l’un des grands chantiers attendus par les professionnels des médias (et pas que) est sans doute celui du passage de l’audiovisuel analogique à l’audiovisuel numérique : la TNT (plutôt que de le redéfinir ici, je vous propose de cliquer sur le lien ci-avant pour comprendre le concept si vous trouvez ce sigle barbare).

L’époque où il fallait tourner l’antenne vers le site d’émission d’une chaîne donnée pour obtenir des images nettes ou mémoriser des fréquences ne sera plus qu’un mauvais souvenir puisque, avec la TNT, tout est devenu aussi simple que bonjour, la technologie étant intégrée dans le téléviseur (s’il est récent, ou via un décodeur le cas échéant).

Le problème est que la réalité décrite précédemment fait toujours partie du quotidien de beaucoup de congolais en 2018. Pourtant, c’est depuis plus de trois (3) ans que la transition vers la télévision numérique devrait se faire mais le fait est qu’au moment où nous devions passer à la TNT (en juin 2015), nous étions encore en train de structurer le projet  (comme trente autres pays africains). Depuis, beaucoup d’eau a coulé sous le pont et aujourd’hui lorsqu’on apprend que Startimes vient de finir les premiers tests ; on arrive à se convaincre que c’est cette année que l’offre sera lancéeNotons qu’ici, nous parlons de la TNT publique car la TNT existe déjà au Congo depuis des lustres. Nous avions un pionnier à Brazzaville (MNCOM) lancé il y a plus de 7 ans  … et qui a fini par tomber dans le troisième dessous. Les services qui ont le vent en poupe sont Easy TV du Groupe Canal+ et TNT Africa dont Luc Zanghieri est aux commandes.

A présent, revenons à nos moutons. Donc, « dans pas longtemps » (comme on dit ici), la TNT publique sera bientôt une réalité … et ce sera aussi le début des problèmes. Je le dis en considérant que si le gouvernement a investi des milliards de francs CFA dans ce projet, c’est pour permettre aux congolais de recevoir la télé dans les bonnes conditions, avec la qualité qui va avec. Bien que je ne doute pas que cette offre sera techniquement au point (Startimes étant passé maître dans ce domaine), j’estime que le vrai problème sera celui du contenu. 

C’est là que le bât blesse dans ce projet étant donné que le Congo est pauvre en matière de médias. Le pays ne dispose pas beaucoup de chaines de télévision (une dizaine tout au plus) et toutes ne respectent pas les standards de qualité. Imaginez donc le quotidien des congolais n’ayant que cette TNT …

Au Congo, les championnats sportifs nationaux ne sont pas diffusés à la télé. Il en est de même pour les films tandis que les séries, elles, sont quasi rares ou de non qualité. Tout ce que nous avons comme contenu sont les informations et les émissions à petit budget. J’imagine donc que, pour enrichir l’offre, Startimes va être obligé d’ajouter des chaines étrangères sur ce bouquet pour le rendre attractif. La question sera donc : « Le gouvernement aura-t-il misé autant d’argent pour que les congolais ne consomment que ce qui vient de l’extérieur ? »

L’idéal aurait été qu’au même moment que le gouvernement finançait la mise en oeuvre technique de ce projet, « un fonds spécial » aurait dû être créé pour aider les médias locaux à enrichir leurs contenus. Mais avec la conjoncture économique qui prévaut, on ne peut plus se permettre de rêver. Ceci dit que ce sera aux propriétaires de médias de chercher à rester compétitif … arrêtons nous une seconde et soyons pragmatique pour comprendre que la bataille est perdue d’avance. Honnêtement, je vois mal DRTV faire le poids face à RTL9 ou TV Congo face à TV5, ni moins encore Vox TV face à France 24 …

Vous l’aurez compris : la TNT est à cheval entre le monde des médias (contenu) et des télécoms (contenant) et dans la configuration actuelle du Congo, ce projet sera un casse-tête car il devra être gérer par deux (2) ministères …

Ce n’est donc pas évident que tout se passe bien et je pense qu’on devrait fusionner ces deux ministères pour plus d’efficacité. Cela ne serait pas une première d’ailleurs. Vu que tout le monde bascule dans cette configuration, pourquoi le Congo devrait être en retrait ?

1 Commentaires